Amphithéâtre de Saintes

Le peuple des Santons occupait la Saintonge à l’époque gauloise. Les Romains ont conquis la région et se sont installés sur les bords de la Charente. La ville de Saintes (Mediolanum), située à l’extrémité occidentale d’un axe commercial et routier (via Agrippa) qui reliait Lyon (capitale des Trois Gaules) à la façade atlantique, s’est alors rapidement monumentalisée.

A l’époque d’Auguste (27 av. J.-C. – 14 ap. J.-C.), la ville devient probablement la capitale de la province de la Grande Aquitaine (Aquitania). Celle-ci s’étendait alors de la Loire jusqu’aux Pyrénées. Mediolanum est dotée d’importants monuments publics : l’amphithéâtre, l’arc de Germanicus, les thermes et l’aqueduc sont encore partiellement visibles aujourd’hui. A l’époque de son apogée (fin du Ier siècle – début du IIème siècle), la cité devait compter plusieurs milliers d’habitants.

L’amphithéâtre de Mediolanum est l’un des plus précoces de Gaule. Il est possible que sa construction ait débuté dès le règne de Tibère (14 – 37 ap. J.-C.), pour s’achever sous le règne de Claude (41 – 54 ap. J.-C.).

Comme beaucoup d’amphithéâtres de l’Empire Romain, celui de Saintes a été implanté à la périphérie de la ville antique dans un site choisi et aménagé : le « vallon des Arènes ». Grâce à une topographie favorable, les constructeurs ont été dispensés d’une partie de leur travail, l’amphithéâtre prenant appui sur le versant du vallon.

Ce monument elliptique, aux dimensions imposantes (long de 126 mètres et large de 102 mètres), permettait d’accueillir plusieurs milliers de spectateurs autour de représentations sanglantes et violentes tels que des combats de gladiateurs (munera) ou des chasses d’animaux (venationes).

Au IIIème siècle, la cité décline et se retranche à l’intérieur d’un impressionnant rempart, construit à partir des vestiges des monuments publics et funéraires des décennies précédentes. L’amphithéâtre n’est alors plus utilisé. Dès le Moyen-Age, il sert, entre autres, de carrière de pierres. Il est classé Monument Historique en 1840. C’est à partir de ce moment qu’il est progressivement remis en valeur.

Aujourd’hui, malgré la disparition des superstructures, les vestiges rendent une image fidèle de ce que pouvait être ce monument à l’époque de sa splendeur.
Le site est désormais plus calme et accueille des visiteurs toute l’année. Il est également animé lors de manifestations telles que les Journées Nationales de l’Archéologie et les Journées Européennes du Patrimoine (concerts, théâtre, visites…).

Source : https://www.ville-saintes.fr

Visite payante, mais visible en partie de l'extérieur.

Photo N°0Photo N°1

Intérêt général

Marche d'approche

Difficulté d'Accès

Durée de la visite


Vue d'ensemble
  • Grande région

    Nouvelle-Aquitaine (75)

  • Ancienne région

    Poitou-Charentes (54)

  • Département

    Charente-Maritime (17)

  • Commune

    Saintes (17415)

  • Coordonnées

    45.74581,-0.644

SystèmeDatumnotationDefinitioncoordonnées Xcoordonnées Y
Lambert 93RGF93D.dEPSG:21546522783416778
Lambert II+NTFD.dEPSG:275722087232368106
UTM Nord fuseau 30WGS84D.dEPSG:326305068506683263
Lambert IIINTFD.dEPSG:275733387106368044
Peuso-mercatorWGS84D.dEPSG:37855739709-71689
Latitude LongitudeWGS84DMSEPSG:432645°44'44.93"-0°38'38.386"
Latitude LongitudeWGS84D.dEPSG:432645.745814-0.643996

Qrcode de l'article

Scanner le QRCode à partir de votre smartphone. Si le navigateur de celui-ci le supporte, cette page du site internet sera consultable ultérieusement sans connexion internet...Bonne promenade !